Forum du clan des Guerriers Wu-Song
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Réflexions.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maïtéa
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 234
Localisation Atysienne : Zora
Race homine : Zoraï
Obédience homine : Kamiste
Date d'inscription : 26/10/2005


Magie Offensive:
160/250  (160/250)
Heal:
200/250  (200/250)
Forage (principal):
165/250  (165/250)

MessageSujet: Réflexions.   Lun 11 Aoû - 22:54

Assise en lotus, Maï-Téa méditait.

Inspiration. Le thorax s’ouvre et s’emplit de l’air atysien, d’une odeur de sève et de Goo.

Le Promontoire du Désespoir, seule partie vide de la région éponyme, était depuis quelques temps devenu son lieu de méditation favori pour une raison assez surprenante.

Son isolement. Sa tranquillité. Son silence. Sa vue sur la Goo.

La sève sale afflue depuis ses orteils, ses jambes, toutes les extrémités de son corps, pour venir s’enrichir de l’oxygène de l’air.

A force de l’observer, sa conviction grandissait.
Dans le dogme Kami, il est dit qu’au début, étaient l’Energie, créatrice et porteuse de vie, et le Vide, qui était la fin de toute choses.
Vide et Energie cohabitaient, sans pouvoir se nuire l’un à l’autre.
Et l’Energie décida de créer. Et sa création fut baptisée Atys.
Mais le Vide, toujours, était présent, et apporta sa touche à la création de l’Energie.
On appelle ça la Goo.

Expiration. L’éponge pulmonaire chasse et disperse la sève propre, purifié, vers les jambes, les orteils, chaque extrémité du corps.

De son belvédère, Maï-Téa contemplait les étendues pourpres.
La substance avait l’aspect visqueux, des reflets irisés s’étendant au grés des rayons du soleil ou des lunes. Des volutes s’en échappaient en permanence, viciant l’atmosphère, asphyxiant les créatures qui s’y aventuraient trop longtemps. Bien que par endroit cela paraissait être en ébullition, Maï-Téa savait que le contact de la substance était froid, comme s’il aspirait toute vie à lui.

Ces étendues pourpres étaient ce qui avait amené son nom au Vide. Nom pas à cause de l’absence de vie, il y avait assez de yetins, najabs, zerx, gubanis et armas, et même des crachtas et kitins, mais à cause de la surabondance de Goo. Le nom de la région faisait référence au Vide, par opposition à Ma-Duk, l’Energie.

Inspiration. On aspire la sève des organes abdominaux dans les poumons.

L’étendue pourpre devant elle n’était pourtant pas désolée.
Il y avait de la vie, là bas, malgré tout.
Une forêt d’alinéas.
Ces arbres, toujours jumeaux, lançaient fièrement leurs doubles hélice vers le ciel, défiant le Vide d’en venir à bout, le narguant même en ne poussant nulle part ailleurs dans le Pays Malade.
C’était en regardant ces arbres qui jadis la terrorisaient, qu’elle comprit.
Jadis, elle voyait en eux un mauvais augure. Un précurseur de la Goo même.
Elle n’était pas la seule à le penser, d’ailleurs, et elle connaissait plus d’un homin qui exprimait des inquiétudes quand à l’avenir des Sommets Verdoyants.
Mais depuis cette révélation, elle les regardait d’un œil plus bienveillant.

Expiration. La sève, pleine de vitalité, vient inonder le foie, la rate, le système digestif, le sexe et les muscles.

A présent, elle voyait juste ce qu’il y avait. Des arbres dans la Goo.
La vie là où régnait la mort. Par forêts entières.
La sève avait trouvé sa place dans la Goo.
L’Energie avait sa place dans le Vide.

Tout comme le Vide s’était invité dans la création de l’Energie.
Injectant sa Goo dans la Sève de Ma-Duk.

Ainsi, Maï-Téa avait compris qu’il ne fallait pas voir Vide et Energie de manière manichéenne. Mais complémentaire. L’un ne peut exister sans l’autre, en vérité l’un existe DANS l’autre.
Energie, et Vide.
Jour, et Nuit.
Lumière, et Ombre.
Femelle, et Mâle.
Vie, et Mort.

Inspiration. On aspire la sève du cerveau, on vidange ses idées stagnantes, on les envoie se faire purifier dans les poumons, et l’on dépêche en retour de la sève gorgée d’énergie et de vitalité

Donc, chacun, herbivore comme plantes, prédateurs comme kitins, écorce comme homins, portaient en eux les germe du Vide, bien qu’ils soient la création de l’Energie.
La voie des Kamis étant celle de l’Equilibre, il fallait donc trouver en soi, et dans le monde, l’harmonie entre ces deux parties de son être.

Ceux qui la trouveront, auront trouvé le chemin de l’Illumination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Réflexions.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1000 pts nouvelles réflexions
» Réflexions pour un monde connecté
» [Horde] La Reflexion des Ombres
» Sénat : Elections pour devenir tribun
» Réflexions au coeur de la nuit...[RP libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerriers Wu-Song :: Murmures et soupirs des halls... :: Odes et chants, galeries...-
Sauter vers: