Forum du clan des Guerriers Wu-Song
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Suprématie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ka-Shyu
Nomade
avatar

Nombre de messages : 95
Localisation Atysienne : Le Pays Malade
Race homine : Zoraï
Obédience homine : Pro-Kami
Date d'inscription : 01/11/2005


Magie Offensive:
161/250  (161/250)
Heal:
136/250  (136/250)
Forage (principal):
164/250  (164/250)

MessageSujet: Suprématie   Mar 17 Jan - 21:06

Cela faisait maintenant plusieurs heures sans interruption que je me fatiguais les yeux sur les quelques pages qui avaient attirées mon regard. Depuis que je les ais laissée dans le Hall, je croise souvent Mohi, toujours plongé dans une lecture et laissant échapper parfois des exclamations de ravissement en découvrant quelques phrases de Wu-Song laborieusement retranscrites par Han-Tao durant sa jeunesse.


Mais c'était autre chose que la joie de voir un frère goûter au miel de la sagesse qui m'amenait encore et encore dans le scriptorium. Au moment de les déposer, un mot inscrit sur une page très âbimée avait attiré mon regard. "Suprématie". Un terme que je trouvais bien éloigné du vocabulaire si humble de Wu-Song.

Au début si occupé par la découverte de ma nouvelle famille, je laissais cet évènement dans un coin de ma tête. Mais aujourd'hui, à peine étais-je sorti de ma méditation que cela me revenait en tête. Je ne pouvais éloigner mes pensées de ce papier gribouillé et en mauvais état. Quelque-chose me disait que cette page pouvait peut-être résoudre une partie de mes problèmes intérieurs.

Je m'attelais donc à la tâche. Difficile. En essayant de regrouper les feuillets, je me rendis compte de l'ampleur du travail qui m'attendais. Avec une prière pour Ma-Duk, je me plongeais dedans.

Au bout d'un temps indéterminé, mes yeux pleuraient sur mon masque et mon dos gémissait de douleur mais je n'étais plus très loin de la fin et j'ignorais les réclamations de ma chair. Les écritures sur certaines pages étaient tellement effacées que je devais faire appel à toute mon intuition pour les déchiffrer.

Ma patience fut cependant récompensée et c'est en pleurant de joie, non seulement pour avoir terminé enfin mais également pour la beauté du texte, inspiré à l'auteur par Ma-Duk sans nul doute.
Enfin, avide d'un repos bien mérité, je jetais rapidement un coup d'oeil sur la signature. Mes sourcils se froncèrent puis se relevèrent de stupéfaction. Je crus d'abord qu'il s'agissait d'un écrit de Wu-Song lui-même mais je savais pourtant de source sûre qu'il n'avait jamais écrit; de fait, il s'agissait semble-t-il d'un "frère"de Wu-Song nommé Wu-Yong.

"Un frère?" me dis-je alors. "Son nom me semble bien proche de celui du maître, se pourrait-il...?" Je ne terminais pas ma phrase tant la perplexité envahissait mon esprit.

En effet, qui pourrait avoir le mauvais goût de signer avec un tel nom? et s'il ne s'agissait pas d'une erreur, qui était-ce?

Je décidais néanmoins dans le doute de garder la signature originale. Peut-être qu'un de mes frères ou une de mes soeurs en savait plus que moi.

Et ainsi, c'est avec humilité que je vous laisse, frères et soeurs, profiter encore une fois de la joie que procure la lecture des innombrables façons de chanter la louange de Ma-Duk.




Citation :
Suprématie


Lorsque les trois grands dieux eurent dans un cachot
Mis les démons, chassé les monstres de là-haut,
Oté leurs griffes aux kittins, à la noire Karavan son aile,
Et sur ce tas hurlant fermé l'ombre éternelle,
Laissant grincer les Primes, ce sépulcre vivant,
Ils vinrent tous les trois, Vâ-Yù le dieu du Vent,
Ag-Ni, dieu de la Flamme, In-Dra, dieu de l'Espace,
S'asseoir sur le zénith, qu'aucun mont ne dépasse,
Et se dirent, ayant dans le ciel radieux
Chacun un astre au front : "nous sommes les seuls dieux !"
Tout à coup devant eux surgit dans l'ombre obscure
Une lumière ayant les yeux d'une figure.

Ce que cette lumière était, rien ne saurait
Le dire, et, comme brille au fond d'une forêt
Un long rayon de lune en une route étroite,
Elle resplendissait, se tenant toute droite.
Ainsi se dresse un phare au sommet d'un récif.
C'était un flamboiement immobile, pensif.
Debout.

Et les trois dieux s'étonnèrent.

Ils dirent :

"Qu'est ceci ?"

Tout se tut et les cieux attendirent.

"Dieu Vâ-Yù , dit Ag-Ni, dieu Vâ-Yù , dit In-Dra,
Parle à cette lumière. Elle te répondra.
Crois-tu que tu pourrais avoir ce qu'elle est ?
- Certes,
Dit Vâ-Yù , Je le puis."

Les profondeurs désertes
songeaient ; tout fuyait, l'yber ainsi que l'izam.
Alors Vâ-Yù marcha droit à la vision.

"Qu'es-tu ?" cria Vâ-Yù , le dieu fort et suprême.
Et l'apparition lui dit : "Qu'es-tu toi-même ?"
Et Vâ-Yù dit : "Je suis Vâ-Yù , le dieu du Vent.

- Et qu'est-ce que tu peux ?

- Je peux, en me levant,
Tout déplacer, chasser les flots, courber les chênes,
Arracher tous les gonds, rompre toutes les chaînes,
Et si je le voulais, d'un souffle, moi Vâ-Yù ,
Plus aisément qu'au fleuve on ne jette un caillou
Ou que d'une araignée on ne crève les toiles,
J'emporterais Atys à travers les étoiles."

L'apparition prit un brin de paille et dit :
"Emporte ceci."

Puis, avant qu'il répondît,
Elle posa devant le dieu le brin de paille.
Alors, avec les yeux d'orage et de bataille,
Le dieu Vâ-Yù se mit à grandir jusqu'au ciel,
Il troua l'effrayant plafond torrentiel,
Il ne fut plus qu'un monstre ayant partout des bouches,
Pâle, il démusela les ouragans farouches
Et mit en liberté l'âpre meute des airs ;
On entendit mugir le simoun des déserts
Et l'aquilon qui peut, par-dessus les épaules
Des montagnes, pousser l'océan jusqu'aux pôles ;
Vâ-Yù , géant des vents, immense, au-dessus d'eux
Plana, gronda, frémit et rugit, et, hideux,
Remua les profonds tonnerres de l'abîme ;
Tout l'univers tremble de la base à la cime
Comme un toit où quelqu'un d'affreux marche à grands pas.

Le dieu s'en retourna.
"Dieu du vent, notre frère,
Parle, as-tu pu savoir ce qu'est cette lumière ?"

Et Vâ-Yù répondit aux deux autres dieux : "Non !
- Ag-Ni, dit In-Dra ; frère Ag-Ni, mon compagnon,
Dit Vâ-Yù , pourrais-tu le savoir, toi ?

- Sans doute",
Dit Ag-Ni.

Le dieu rouge, Ag-Ni, que l'eau redoute,
Et devant qui médite à genoux Mabreka,
Alla vers la clarté sereine et demanda :
"Qu'es-tu clarté ?

- Qu'es-tu toi-même ? lui dit-elle.

- Le dieu du Feu.

- Quelle est ta puissance ?

- Elle est telle
Que, si je veux, je puis brûler le ciel noirci,
Les mondes, les soleils, et tout.

- Brûle ceci",
Dit la clarté, montrant au dieu le brin de paille.

Alors, comme un bélier défonce une muraille,
Ag-Ni, frappant du pied, fit jaillir de partout
La flamme formidable, et, fauve, ardent, debout,
Crachant des jets de lave entre ses dents de braise,
Fit sur l'humble fétu crouler une fournaise ;
Un soufflement de forge emplit le firmament ;
Et le jour s'éclipsa dans un vomissement
D'étincelles, mêlé de tant de nuit et d'ombre
Qu'une moitié du ciel en resta longtemps sombre ;
Quand le dieu rouge Ag-Ni, dont l'incendie est l'âme,
Où grondait on ne sait quel monstrueux soufflet,
Il vit le brin de paille à ses pieds, qui semblait
N'avoir pas même été touché par la fumée.
Le dieu s'en revint.

"Dieu du feu, force enflammée,
Quelle est cette lumière enfin ? Sais-tu son nom ?"
Dirent les autres dieux.

Ag-Ni répondit : "Non.

- In-Dra, dit Vâ-Yù ; frère In-Dra, dit Ag-Ni, sage !
Roi ! Dieu ! Qui, sans passer, de tout vois le passage,
Peux-tu savoir, ô toi dont rien ne se perdra,
Ce qu'est cette clarté qui nous regarde ?"

In-Dra répondit : "Oui".

Toujours droite, la clarté pure
Brillait, et le dieu vint lui parler.

"Ô figure,
Qu'es-tu ?" dit In-Dra, d'ombre et d'étoiles vêtu;
Et l'apparition dit :"Toi même, qu'es-tu ?"
In-Dra lui dit : "Je suis In-Dra, dieu de l'Espace.

- Et quel est ton pouvoir, dieu ?

- Sur sa carapace
Le divin bolobi, aux yeux toujours ouverts,
Porte le mektoub blanc qui porte l'univers.
Autour de l'univers est l'infini. Ce gouffre
Contient tout ce qui vit, naît, meurt, existe, souffre,
Règne, passe ou demeure, au sommet, au milieu,
En haut, en bas, et c'est l'espace, et j'en suis dieu.
Sous moi la vie obscure ouvre tous ses registres ;
Je suis le grand voyant des profondeurs sinistres ;
Ni dans les bleus édens, ni dans l'enfer hagard,
Rien ne m'échappe, et rien n'est hors de mon regard ;
Si quelque être pour moi cessait d'être visible,
C'est lui qui serait dieu, pas nous ; c'est impossible.
Etant l'énormité, je vois l'immensité ;
Je vois toute la nuit et toute la clarté ;
Je vois le dernier lieu, je vois le dernier nombre,
Et ma prunelle atteint l'extrémité de l'ombre ;
Je suis le regardeur infini. Dans ma main
J'ai tout, le temps, l'esprit, hier, aujourd'hui, demain.
Je vois les trous de yubos et les gouffres d'aurore,
Tout ! Et, là même où rien n'est plus, je vois encore.
Depuis l'azur sans borne où les cieux sur les cieux
Tournent comme un rouage aux flamboyants essieux,
Jusqu'au néant des morts auquel le ver travaille,
Je sais tout ! Je vois tout !

- Vois-tu ce brin de paille ?"
Dit l'étrange clarté d'où sortait une voix.

In-Dra baissa la tête et cria :"Je le vois.
Lumière, je te dis que j'embrasse tout l'être ;
Toi-même, entends-tu bien, tu ne peux disparaître
De mon regard, jamais éclipsé ni décru !"

A peine eut-il parlé qu'elle avait disparu.

Depuis trois mille ans, la guerre plaît aux peuples querelleurs
Et Ma-Duk perd son temps à faire les étoiles et les fleurs.

Wu-Yong
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wongfeihung
fondateur
fondateur
avatar

Nombre de messages : 527
Age : 40
Localisation Atysienne : Zora
Race homine : Zorai
Obédience homine : Zorai
Date d'inscription : 25/02/2005


Magie Offensive:
227/250  (227/250)
Heal:
227/250  (227/250)
Forage (principal):
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: Suprématie   Mer 25 Jan - 15:03

Wong lut cette retranscription du mieux qu'il put.

-"Soit...j'en comprendrais peut-être le sens lorsque j'atteindrais l'Âge Kami...ou alors je demanderais à Mohi...doit savoir lui..."

_________________
Wong Fei-Hung, Guerrier Wu-Song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Suprématie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wii et DS : la suprématie de Nintendo
» Suprématie allemande en Atlantique Nord
» Un vieux grimoire, dans la bibliothéque d'Hurlevent.
» La Semaine de la Suprématie (résultats)
» Tableau récapitulatif des faiblesses relatives des civilisations (nilla 1v1 suprématie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Guerriers Wu-Song :: Murmures et soupirs des halls... :: Odes et chants, galeries...-
Sauter vers: